63.jpg63.jpg

DES OISEAUX PETITS ET GROS

(Uccellacci e uccellini)

Un film de Pier Paolo PASOLINI | Comédie dramatique | Italie | 1966 | 88mn

Un corbeau qui parle tente d'initier deux voyageurs, un père et son fils, aux choses de la vie. Devant leur ignorance, il leur raconte une histoire authentique qui, dit-il, traite d'oiseaux, petits et gros, bons et méchants, et les transforme en moineau et moinillon.
Sortie en salles le 23 juillet 2003

Après les drames de Accatone et Mama Roma, Pasolini entreprend une fable, une satire joyeuse de la société. Dialogues et situations burlesques et surréalistes donnent à ce film une douce saveur.
Togliati, fondateur du parti communiste Italien, meurt un an avant le tournage du film, ce qui eut sans doute une certaine influence sur le ton. On retrouve d'ailleurs dans le film une scène représentant son enterrement au son d'un chant révolutionnaire russe, où les larmes coulent sur les visages d'un cortège immense rassemblé dans les rue de Rome. Le corbeau représente donc un communiste radical (il habite rue Karl Marx), un conteur moraliste, qui renvoie à Onze Fioretti de François d'Assise de Roberto Rossellini. Il prévient nos deux marcheurs, Toto et Ninetto, des risques qui les menacent de ne pas être attentif à la lutte des classes, mais ceux-ci finissent tout de même par le manger. L'Idéologie immolée sera-t-elle comme le phénix pour nous guider sur la route de la modernité?
Le langage se place au centre de la relation qui unit humains et oiseaux : un corbeau qui parle italien, des hommes qui apprennent le langage oiseau... Le langage est au coeur des préoccupations cinématographiques de Pasolini : face à Christian Metz, il soutient que le cinéma est une "langue écrite de la réalité" qui n'est régie par aucun signe ni code définitif. Sa théorie décrivant la "sémiologie de la réalité" ne verra jamais le jour, mais ses films nous font découvrir un peu plus du monde à chaque image, comme Ninetto et Toto qui finissent par comprendre et apprendre le langage des oiseaux à force d'observation.

Réalisation : Pier Paolo PASOLINI

 

Scénario : Pier Paolo PASOLINI

 

Avec : Toto, Ninetto DAVOLI, Femi BENUSSI, Rossana Di ROCCO, Lena Lin SOLARO, Rosina MORONI, Gabriele BALDINI

 

Musique : Domenico MODUGNO, Ennio MORRICONE

 

Directeur de la photographie : Tonino Delli COLLI, Mario BERNARDO

 

Montage : Nino BARAGLI

 

Producteur : Alfredo BINI

 

 

 

 

 

        
        
Réalisateur
Rainer Werner FASSBINDER

Pier Paolo PASOLINI


Né en 1922 à Bologne, Pier Paolo Pasolini subit durant son enfance de nombreux déménagements à travers l’Italie en raison des affectations militaires de son père. En 1929, il se découvre une passion pour le dessin et la poésie, dans lesquels il trouve un véritable refuge. Il se lance dans des études de lettres à l’université de Bologne, période durant laquelle il continue à explorer le monde artistique en se mettant lui-même à peindre et à écrire, notamment en frioulan.

En 1943, à la veille de l’Armistice, il est appelé à faire son service militaire, ordre auquel il désobéit. Jusqu’à la fin de la guerre, Pasolini fonde chez lui une école gratuite dans laquelle il enseigne, en poursuivant parallèlement ses études de lettres. En 1946, il publie un recueil de poésie, ce qui lui permet de percer dans le monde littéraire et d’éditer d’autres œuvres, dont La meglio gioventù, pour lequel il est récompensé.

 

Il aborde le cinéma en tant que scénariste pour La Fille du fleuve de Mario Soldati, qu’il coécrit avec Giorgio Bassani. Partagé entre ses activités littéraires et son engagement dans le parti communiste, Pasolini se découvre une passion pour le cinéma, et voit en cet art une nouvelle voie qui s’ouvre à lui.

Il écrit le scénario de Marisa la civetta de Mauro Bolognini et collabore avec Federico Fellini sur Les Nuits de Cabiria, qu’il assistera dans la réalisation d’une scène de La Dolce Vita. Il écrit des scénarios jusqu’au début des années soixante, alternant avec ses romans, dont certains font scandale, puis se lance dans un projet de film personnel, Accattone. Présenté en 1961 à la Mostra de Venise, le film suscite l’enthousiasme des cinéastes parisiens, contrairement à la critique italienne. Le film, que l’on reconnait comme néo-réaliste, raconte l’histoire d’un jeune proxénète romain, qui s’inscrit dans un monde bien réel où règne la misère et le crime.

 

Il poursuit sa jeune carrière de réalisateur avec le succès Mamma Roma (1962), interprété par Anna Magnani, qui prolonge lui aussi le néo-réalisme par le thème de l’errance, les paysages en ruines et les personnages issus de la pauvreté. Cette même année, Pasolini découvre l’Evangile selon Saint Matthieu, qu’il souhaite porter à l’écran. Mais avant de se lancer dans ce vaste projet, il participe à un film à épisodes aux côtés de Rossellini et Godard, et signe le court métrage La Ricotta en 1963, qui lui vaut d’être accusé d’insulte à la religion, et d’être censuré quelques mois. Ces mésaventures ne le découragent pas, bien au contraire, puisqu’il se lance dans la préparation du tournage de Il Vangelo secundo Matteo (L’Evangile selon Saint Mathieu), durant laquelle il réalise un film enquête sur la vie sexuelle des Italiens, Comizi d’amore, tout en poursuivant sa carrière de poète et d’écrivain. Il Vangelo secundo Matteo se termine en 1964, et est aussitôt présenté à La Mostra de Venise et à Paris où il est mal accueilli par les intellectuels de gauche. Malgré un échec critique, le film rencontre cependant un certain succès auprès du public, ce qui lui permet de participer à la Prima mostra internazionale del nuovo cinema à Pesaro.

 

L’année suivante, Pasolini choisit d’aborder la crise politique interne du Parti communiste italien dans Uccellaci e uccellini (Des oiseaux, petits et gros), interprété par le clown Totò afin de jouer avec les frontières du réel et du surréalisme. Lors de sa présentation à Cannes, le film est applaudi, et réconcilie les critiques avec le cinéaste, qui, à cause de tous les scandales et procès dont il a fait l’objet, ne voyaient en lui plus qu’un provocateur. Intrigué par le poids de la fatalité dans les tragédies antiques, il poursuit sa filmographie avec l’adaptation d’Edipo Re (Œdipe roi) de Sophocle en 1967 puis Medea (Médée) d’Euripide en 1970. En 1968, il porte également à l’écran son roman Teorema (Theorème), qu’il présente à Cannes, et qui lui vaut la consécration de la critique.

Il se lance ensuite dans un projet qu’il nomme sa « trilogie de la vie », constitué de Il Decameron (Le Decameron), I racconti di Canterbury (Les Contes de Canterbury) et I fiore delle mille e una notte (Les Mille et Une nuits), à travers lequel il tente de concilier un cinéma culturel et populaire en prenant en toile de fond des contes, des mythes et des légendes.

En 1975, il réalise Salo o le 120 giornate di Sodoma (Salo ou les 120 Journées de Sodome), qui mêle pornographie et torture, et présente le sexe non plus comme une libération mais comme un moyen d’asservir. Il est assassiné cette même année, alors qu’il devait participer au film Brutti Sprochi et CattiviAffreux Sales et Méchants) d’Ettore Scola.


Tout au long de sa carrière, par ses films et ses écrits dans lesquels il ne cache ni son homosexualité, ni ses idées communistes, ni sa vision sulfureuse de la religion, Pier Paolo Pasolini s’est attiré les foudres de l’Eglise chrétienne, des marxistes et des fascistes. Mais d’un point de vue artistique, son travail est largement admiré et reste parmi les références du cinéma d’auteur italien, notamment grâce à son prolongement du néo-réalisme, à son engagement politique et son sens poétique.


FILMOGRAPHIE SELECTIVE


 

Soyez le premier à donner votre avis sur ce film

63.jpg63.jpg

63 2.jpg63 2.jpg

63 1.jpg63 1.jpg