FANTÔME DE LA LIBERTÉ, LE

Un film de Luis BUÑUEL | Comédie dramatique | France/Italie | 1974 | 104mn | Couleurs | 1.66:1

Tolède, 1808. En pleines guerres napoléoniennes, des soldats espagnols crient « À bas la liberté ! » avant d’être fusillés. Peu après, un capitaine des dragons français se fait assommer par une statue de pierre puis tombe amoureux d’une morte au corps miraculeusement intact. Voilà l’histoire qu’est en train de lire la bonne des Foucauld, tandis que la petite Véronique qu’elle est censée garder échappe à sa surveillance. Cette dernière est apostrophée avec son amie par un homme étrange qui leur remet des photos compromettantes. Ses parents finissent par mettre la main dessus et découvrent avec dégoût ce qu’elles représentent…
Au cinéma le 2 août 2017 en version restaurée dans le cadre de la rétrospective "Luis Buñuel, un souffle de liberté"

 

UN CADAVRE EXQUIS CINÉMATOGRAPHIQUE UNIQUE EN SON GENRE
ET LE DERNIER OPUS DU TRIPTYQUE SURRÉALISTE DE BUÑUEL
 
Le Fantôme de la liberté est certainement le film le plus surréaliste de la dernière période de Luis Buñuel. Son titre fait directement référence au Manifeste du Parti communiste de Karl Marx qui commence ainsi : « Un fantôme parcourt l’Europe. » Pour le cinéaste, la liberté est ce fantôme que nous essayons désespérément d’attraper et c’est ce qu’il tente de faire avec ce film : s’affranchir de toute contrainte et exploiter au maximum les possibilités qu’offre le cinéma. Composé de quatorze épisodes, Le Fantôme de la liberté bouscule en tout point les lois traditionnelles de la dramaturgie puisqu’il n’y a aucune véritable intrigue ni aucun personnage principal. Buñuel et son coscénariste Jean-Claude Carrière adoptent le principe du cadavre exquis, jeu inventé par les surréalistes dans les années 1920 : le spectateur passe d’une scène à l’autre sans logique apparente, le seul fil conducteur étant l’un des personnages. Le spectateur est donc constamment « déstabilisé » puisque le film ne se passe jamais comme prévu. Buñuel nous fait accepter des situations complètement absurdes et s’amuse à jouer avec notre logique. Pourquoi faire rechercher par la police une petite fille si celle-ci n’a pas disparu ? C’est que le film s’amuse à juxtaposer les contraires comme cela est le cas de cette petite fille à la fois absente et présente ou le couple sadomasochiste qui se donne en spectacle devant les moines. En outre, Buñuel joue également avec les convenances en déplaçant les interdits – voir la scène où des amis se retrouvent autour d’une table pour satisfaire leurs besoins mais se retirent aux cabinets pour manger, ou la relation incestueuse entre un jeune homme et sa vieille tante. Dernier opus du triptyque surréaliste de Buñuel, Le Fantôme de la liberté est un manifeste pour l’imaginaire aussi audacieux que grandiose !
Réalisation : Luis BUÑUEL

Scénario : Luis BUÑUEL, Jean-Claude CARRIÈRE

Avec : Adriana ASTI, Julien BERTHEAU, Jean-Claude BRIALY, Jean ROCHEFORT, Milena VUKOTIC & Monica VITTI
Directeur de la photographie : Edmond RICHARD
Montage : Hélène PLEMIANNOKOV

Producteurs : Serge SILBERMAN

Production : GREENWITCH FILMS

 

Visa : 42 404
© 1974 STUDIOCANAL - Euro International Films S.p.A. Tous droits réservés.
        
        
        


        
                

        
        
Votre avis

Bande-annonce 2017

Rétrospective Luis Buñuel
SELECT MOVIE

Soyez le premier à donner votre avis sur ce film