Persona_52f37486e39ec.jpgPersona_52f37486e39ec.jpg

PERSONA

(Persona)

Un film de Ingmar BERGMAN | Drame | Suède | 1966 | 83mn | N&B | 1.37

En plein milieu d’une représentation, la comédienne Elisabet Vogler perd l’usage de la parole. Après un séjour dans une clinique, elle s’installe quelque temps sur l’île de Fårö avec son infirmière, Alma. Les deux jeunes femmes vont alors nouer une grande complicité qui va pousser Alma à se confier. Mais cette relation fusionnelle va très vite se détériorer…

Sortie au cinéma le 5 mars 2014 en version restaurée inédite
Dans le cadre de la Rétrospective Ingmar Bergman (en 7 films)


UNE EXPLORATION TROUBLE DE LA PSYCHÉ HUMAINE À LA PERFECTION FORMELLE

En 1965, Bergman est à nouveau hospitalisé pour dépression. Il écrit le scénario de Persona dans sa chambre d'hôpital en deux semaines, alors en proie à de violents accès de fièvre – ce qui explique en partie le « délire cinématographique » que constituent les premières minutes du film, succession de visions hallucinantes et hallucinatoires. Le réalisateur s'attèle au tournage dès sa sortie d'hôpital, guidé par le sentiment que Persona est pour lui le film de la résurrection. Jamais auparavant n'avait-il ressenti un tel sentiment de liberté durant la création. Pour incarner les deux héroïnes, Bergman engage son actrice fétiche Bibi Andersson et celle qui deviendra sa muse et compagne, Liv Ullmann. La première incarne la volubile infirmière Alma, la seconde la comédienne devenue muette Elisabet. À travers ces deux personnages féminins, Bergman multiplie les expérimentations cinématographiques pour jouer sur les notions de dédoublement et d'opposition, à la fois sur le plan physique et mental. Le thème de la psychanalyse est ainsi présent tout au long du film ; la persona désigne le masque social revêtu par une personne au quotidien, en conflit permanent avec le subconscient – désigné par le terme alma, qui est ici le prénom de Bibi Andersson dans le film. Bergman réalise une œuvre audacieuse aux multiples lectures, sublimée par la photographie de Sven Nykvist – qui joue habilement sur les effets d'ombre et de lumière – et par la musique quasi expérimentale de Lars Johan Werle participant à la création d'un univers mental fantasmatique. Persona est aujourd'hui l'une des œuvres clés du cinéaste suédois, à la virtuosité à jamais inégalée.
Réalisation : Ingmar BERGMAN
Scénario : Ingmar BERGMAN
Avec : Bibi ANDERSSON & Liv ULLMANN
Musique : Lars Johan WERLE
Directeur de la photographie : Sven NYKVIST
Décors : Bibi LINDSTRÖM
Montage : Ulla RYGHE
Producteurs :
Ingmar BERGMAN, SVENSK FILMINDUSTRI
 logo-france-inter-1    logo-critikat    logo-paris-premire-fond-noir   logo-transfuge   logo-inrocks   logo-le-monde
        
        
        


        
                    
Réalisateur
Rainer Werner FASSBINDER

Ingmar BERGMAN


Auteur d’une cinquantaine de longs-métrages réalisés entre 1946 et 2003, Ingmar Bergman occupe une place essentielle dans le patrimoine cinématographique mondial. Influencé aussi bien par le cinéma français des années 1930 que par le néoréalisme italien ou le romantisme allemand, le « magicien du Nord » n’a eu de cesse d’autopsier les rapports familiaux et amoureux, dévoilant ainsi sa passion pour les femmes – et les actrices – mais aussi sa lucidité face à la vie de couple et à la famille. Cette rétrospective en sept films propose de (re)découvrir une oeuvre protéiforme, parfois onirique (Le Septième Sceau, La Source), parfois légère (Sourires d’une nuit d’été), souvent tragique (Scènes de la vie conjugale, Sonate d’automne) où Bergman se révèle un formidable peintre des visages. Plus de six ans après la mort du cinéaste, son oeuvre reste indéniablement une référence majeure pour de nombreuses générations de réalisateurs, de Woody Allen à Pedro Almodóvar, de Philippe Garrel à Arnaud Desplechin en passant par Asghar Farhadi.

 

Votre avis

Extrait

Bande-annonce 2014

rétrospective Ingmar Bergman
SELECT MOVIE

Soyez le premier à donner votre avis sur ce film