INSIANG

Un film de Lino BROCKA | Drame | Philippines | 1976 | 95mn | Couleurs | 1.37

Insiang habite un bidonville de Manille avec sa mère, la tyrannique Tonya. Elle se démène corps et âme pour survivre dans ce quartier où chômage et alcoolisme font partie intégrante du quotidien. Un jour, Tonya ramène chez elles son nouvel amant, Dado, le caïd du quartier, en âge d’être son fils. Ce dernier tombe rapidement sous le charme de sa nouvelle « belle-fille »…
Au cinéma le 22 juin 2016 en version restaurée
Sélection Cannes Classics 2015
 

UN PORTRAIT DE FEMME BOULEVERSANT PAR LE PRODIGE DU CINÉMA PHILIPPIN

 
Réalisé en 1976 par le cinéaste surdoué Lino Brocka (Manille, Les Insoumis), Insiang est le premier film philippin à être sélectionné au Festival de Cannes, en 1978. Véritable plongée dans les bas-fonds de Manille, ce mélodrame familial est un formidable réquisitoire contre la situation désastreuse des bidonvilles philippins et la misère sociale qu’elle engendre. Le tournage, effectué en seulement onze jours, dénote ce sentiment d’urgence à travers sa mise en scène survoltée et sa galerie de personnages enflammés, menée par la flamboyante Hilda Koronel. Présenté dans sa superbe restauration 4K, Insiang est une œuvre d’une puissance rare qui participa à la consécration de son réalisateur Lino Brocka, et qui exercera par la suite une influence notable sur la nouvelle génération de cinéastes philippins, menée par le célèbre Brillante Mendoza (Kinatay). 

Réalisation : Lino BROCKA

Scénario : Mario O’HARA et Lamberto ANTONIO, d’après le roman de Mario O’HARA

Avec : Hilda KORONEL, Mona LISA, Ruel VERNAL, Rez CORTEZ, Marlon RAMIREZ

Musique :  Max JOCSON

Son : Luis REYES, Ramon REYES

Montage : Augusto SALVADO

Directeur de la photographie : Conrado BALTAZAR

Producteurs : Miguel de LEON, Severino MANOTOK

 

UNE RESTAURATION 4K FINANCÉE PAR THE FILM FOUNDATION’S WORLD CINEMA PROJECT ET THE FILM DEVELOPMENT COUNCIL OF THE PHILIPPINES, MENÉE PAR LA CINETECA DI BOLOGNA AU LABORATOIRE L’IMMAGINE RITROVATA

 

        
        
Réalisateur
Rainer Werner FASSBINDER

Lino BROCKA

 
Né en 1939 et mort prématurément en 1991 à l’âge de 52 ans, Lino Brocka est unanimement salué comme l’un des plus importants cinéastes philippins, et surtout l’un de ses plus célèbres représentants à l’étranger. Avant que Brocka ne fasse son apparition dans les années 1970, le cinéma philippin est en pleine expansion, surtout depuis les années 1950 où apparaissent les premières oeuvres ambitieuses (Genghis Khan de Manuel Conde en 1951) et où se développent les grands studios. Les années 1960 sont très prolifiques mais la qualité des films tournés laisse souvent à désirer : il s’agit souvent de pâles copies de films de genre américains ou japonais. C’est dans les années 1970 – alors que le régime dictatorial de Ferdinand Marcos est en place depuis 1965 – qu’un petit nombre de réalisateurs commencent à prendre des risques et qu’émerge pour la première fois un cinéma indépendant philippin, dont Lino Brocka sera la tête de file. Il réalise en 1970 son premier long-métrage, Wanted: Perfect Mother, pierre angulaire d’une oeuvre qui comptera plus de 60 films. Son premier gros succès est Tinimbang ka ngunit kulang (jamais sorti en France), portrait sans concession de la société philippine qui obtient de nombreuses récompenses dans son pays. Suite à ce succès, Lino Brocka crée sa propre société de production, CineManila. Il réalise ensuite ses deux chefsd’oeuvre, Manille et Insiang, sortis respectivement en 1975 et 1976, qui consacreront son auteur et lui ouvriront les portes de l’international en partie grâce à la sélection d’Insiang au Festival de Cannes de 1978 (à la Quinzaine des Réalisateurs). Par la suite, plusieurs de ses films seront sélectionnés à ce festival, parfois dans la prestigieuse compétition officielle. Lino Brocka est connu pour être un cinéaste très engagé politiquement – l’un des seuls dans son pays –, osant s’attaquer à des sujets sociétaux très forts, tels que la pauvreté, l’homosexualité ou les marginaux en général. Ce refus de la langue de bois lui vaut beaucoup de problèmes avec le pouvoir en place, le cinéaste devant ruser pour éviter la censure – ce qui ne l’empêchera pas de faire un court séjour en prison. À travers sa filmographie, Brocka fait le choix de s’adresser à un public populaire ; en alternant films « commerciaux » et films plus ambitieux politiquement et esthétiquement, le réalisateur souhaite élever le niveau du cinéma national tout en éveillant les consciences de ses concitoyens. Grâce aux films de Lino Brocka, le monde entier a pu découvrir tout un pan inconnu du cinéma asiatique. Quant à son auteur, il est désormais considéré comme un véritable « héros national » en son pays, ayant contribué à sa façon à la chute de la dictature Marcos

 

INSIANG
Sortie le 7 juin 2017
 
DVD 9 – NOUVEAU MASTER RESTAURÉ
Version Originale
Sous-Titres Français
Format 1.33 respecté
4/3 – Couleurs
Durée du Film : 90 mn
 
SUPPLÉMENTS
 
. INSIANG : LINO BROCKA PAR PIERRE RISSIENT (7 mn)
Pierre Rissient évoque sa découverte du cinéma de Lino Brocka lors d’un voyage aux Philippines et revient sur la présentation du film à la Quinzaine des Réalisateurs en 1978.
 
. "SIGNÉ : LINO BROCKA" (1987 – Couleurs – 80 mn)
Dans ce documentaire produit et réalisé par Christian Blackwood, Lino Brocka se confie et parle de sa vie et de son œuvre. Avec à l’écran Lorna Tolentino, Christopher de Leon, Dina Bonnevie, Jay Ilagan, Sharon Cuneta et Manfred Romero.
 
. BANDE-ANNONCE 2016

20,06 €

INSIANG
Sortie le 7 juin 2017
 
BD 50 • MASTER HAUTE DÉFINITION • 1080/24p • ENCODAGE AVC
Version Originale DTS-HD Master Audio 1.0 & PCM 1.0 • Sous-Titres Français • Format 1.37 respecté • Couleurs • Durée du Film : 94 mn
 
SUPPLÉMENTS (EN HD)
 
. INSIANG : LINO BROCKA PAR PIERRE RISSIENT (7 mn)
Pierre Rissient évoque sa découverte du cinéma de Lino Brocka lors d’un voyage aux Philippines et revient sur la présentation du film à la Quinzaine des Réalisateurs en 1978.
 
. "SIGNÉ : LINO BROCKA" (1987 – Couleurs – 84 mn)
Dans ce documentaire produit et réalisé par Christian Blackwood, Lino Brocka se confie et parle de sa vie et de son œuvre. Avec à l’écran Lorna Tolentino, Christopher de Leon, Dina Bonnevie, Jay Ilagan, Sharon Cuneta et Manfred Romero.
 
. BANDE-ANNONCE 2016

 

20,06 €

COFFRET LINO BROCKA
Sortie le 7 juin 2017
 
 
BLU-RAY 1 - MANILLE
 
BD 50 • MASTER HAUTE DÉFINITION • 1080/24p • ENCODAGE AVC
Version Originale DTS-HD Master Audio 1.0 & PCM 1.0 • Sous-Titres Français • Format 1.85 respecté • Couleurs • Durée du Film : 126 mn
 
SUPPLÉMENTS (EN HD)
. INTRODUCTION DE MARTIN SCORSESE
. MANILLE : LINO BROCKA PAR PIERRE RISSIENT (7 mn)
Pierre Rissient parle de Manille, qu’il considère comme le premier film ouvertement politique de Lino Brocka.
. "MANILLE… UN FILM PHILIPPIN" (1975 – Couleurs – 23 mn)
Images d’archives et entretiens sur le tournage de Manille.Un making-of produit par Mike de Leon ; filmé et monté par Clodualdo del Mundo, Jr.
. GALERIE PHOTOS
. BANDE-ANNONCE 2016
 
BLU-RAY 2 - INSIANG
 
BD 50 • MASTER HAUTE DÉFINITION • 1080/24p • ENCODAGE AVC
Version Originale DTS-HD Master Audio 1.0 & PCM 1.0 • Sous-Titres Français • Format 1.37 respecté • Couleurs • Durée du Film : 94 mn
 
SUPPLÉMENTS (EN HD)
. INSIANG : LINO BROCKA PAR PIERRE RISSIENT (7 mn)
Pierre Rissient évoque sa découverte du cinéma de Lino Brocka lors d’un voyage aux Philippines et revient sur la présentation du film à la Quinzaine des Réalisateurs en 1978.
. "SIGNÉ : LINO BROCKA" (1987 – Couleurs – 84 mn)
Dans ce documentaire produit et réalisé par Christian Blackwood, Lino Brocka se confie et parle de sa vie et de son œuvre. Avec à l’écran Lorna Tolentino, Christopher de Leon, Dina Bonnevie, Jay Ilagan, Sharon Cuneta et Manfred Romero.
. BANDE-ANNONCE 2016
 
DVD - "RETOUR À MANILLE : LE CINÉMA PHILIPPIN" (2010)
 
DVD 5 • MASTER HAUTE DÉFINITION • PAL • ENCODAGE MPEG-2
Version Originale • Sous-Titres Français • Format 1.78 respecté • 16/9 compatible 4/3 • Couleurs et N&B • Durée du Film : 57 mn
 
Réalisé par Hubert Niogret, Retour à Manille : le cinéma philippin est une plongée passionnante au cœur de ce pan méconnu du septième art. Ponctué par de nombreux témoignages (la productrice « Mother » Lily Monteverde, le réalisateur Lav Diaz ou l’acteur Phillip Salvador), ce film décrypte l’histoire de ce cinéma qui fut jadis l’un des plus évolués d’Asie et qui bénéficia de la reconnaissance internationale avec des réalisateurs comme Lino Brocka ou, plus récemment, Brillante Mendoza…

40,13 €

Soyez le premier à donner votre avis sur ce film