INT__GRALE_PIERR_4c06293b17fa9.jpgINT__GRALE_PIERR_4c06293b17fa9.jpg

INTÉGRALE PIERRE ÉTAIX

Un film de Pierre ÉTAIX | comedie | France

Les chefs-d'oeuvre de Pierre ÉTAIX enfin de retour sur grand écran !

5 longs métrages : LE SOUPIRANT, YOYO, TANT QU'ON A LA SANTÉ, LE GRAND AMOUR, PAYS DE COCAGNE

3 courts métrages : RUPTURE, HEUREUX ANNIVERSAIRE, EN PLEINE FORME
Sortie au cinéma le 7 juillet 2010

PIERRE ÉTAIX RETROUVÉ !

UNE TROP LONGUE ABSENCE…
Dans les faits, les films de Pierre Étaix ne sont plus visibles depuis près de 20 ans. Ils auront ainsi échappé à toute une génération de spectateurs. Au début des années 1990, les films n’étant plus exploités par le producteur de l’époque, Pierre Étaix décide de ne pas renouveler ses droits. S’ensuit alors de longues années d’imbroglio juridique qui empêcheront les films d’être visibles par qui que ce soit. Hormis Yoyo, restauré en 2007 par la Fondation Groupama Gan pour le cinéma mais qui, une fois présenté à Cannes, fera l’objet, ainsi que l’ensemble de l’œuvre, d’un procès fleuve qui durera près de cinq ans. De nombreuses personnalités se mobiliseront pour manifester leur soutien aux auteurs, privés de leurs droits.
Il faudra attendre avril 2010 pour que Pierre Étaix et Jean-Claude Carrière retrouvent pleinement les droits de leurs films.

UN PROJET ATYPIQUE ET UNIQUE
La Fondation Technicolor (anciennement Fondation Thomson) et la Fondation Groupama Gan, les deux seules en France à œuvrer en faveur du cinéma, ont décidé d'associer leurs forces pour sauvegarder le patrimoine cinématographique mondial. Après Les Vacances de Monsieur Hulot en 2009, les deux fondations présentent cette année l’intégrale cinéma restaurée de Pierre Étaix.
Autour d’un auteur inclassable, ce projet a consisté en une démarche complète et aboutie de cet engagement commun avec notamment l’accompagnement des aspects juridiques au sein d'une bataille longue et complexe et, surtout, la programmation de la ressortie internationale de l’intégrale d'un auteur dont toute une génération n'a jamais vu les films : 8 films restaurés (il s’agit de la première restauration d’une intégrale), pas loin de 1000 pages de contrats pour résoudre des années d’imbroglio juridique, plus de 20 ans d’absence des films. Par tous ces aspects, la restauration et la ressortie de l’intégrale Pierre Étaix est un projet très particulier, unique, qui s'est déroulé dans une atmosphère extrêmement joyeuse, malgré la complexité du dossier. Un projet atypique dans le paysage de la restauration des films de patrimoine, qui voit aujourd'hui ses efforts aboutir.



        
        
        


        
                    
Réalisateur
Rainer Werner FASSBINDER

Pierre ÉTAIX

S’il fallait en un mot résumer la vie et l’œuvre de Pierre Étaix, celui de « clown » vient très vite à l’esprit. Son travail au cirque, au music-hall, au cinéma, ses écrits et son œuvre picturale témoignent qu’il est le digne héritier d’une longue tradition clownesque qu’il a su prolonger jusque dans ses films, comme ses prédécesseurs, de Charlie Chaplin à Buster Keaton, l’avaient fait en leur temps.

Dessinateur, gagman, musicien, metteur en scène, décorateur de théâtre, mime, cinéaste, homme de télévision, poète, Étaix démarre sur les planches qu’il ne quittera jamais. Mais il est fasciné par le grand écran qu’il découvre d’abord en travaillant avec Jacques Tati, auquel il apporte sa touche très personnelle à travers ses dessins et accessoires.
Il se lance, au début desannées 1960, avec son ami Jean-Claude Carrière, dans la réalisation. C’est le début de 10 ans de collaboration qui donnent naissance à 5 longs métrages et 3 courts qui parcourront le monde jusqu’au moment où, conséquences des contrats et des batailles juridiques, les films ne pourront plus être visibles.

Aujourd’hui, alors que l’imbroglio vient d’être résolu et qu’Étaix a récupéré les droits de ses films, le monde entier va enfin pouvoir redécouvrir ces chefsd’œuvre poétiques et burlesques, en version restaurée !

 

Soyez le premier à donner votre avis sur ce film

584 2.jpg584 2.jpg

584 1.jpg584 1.jpg