SECRET DES SELENITES (LE)

Un film de Jean IMAGE | Animation | France | 1982 | 80mn | Couleurs

En 1787, l'astrologue Sirius, convaincu de l'existence des Sélénites, part en expédition sur la Lune avec son cousin, le baron de Munchausen. Les deux hommes et leur équipage se posent et découvrent les Sélénistes, des êtres immortels, dotés de trois jambes et dont la tête n'est pas rattachée au corps. Sirius et le baron de Munchausen rencontrent le roi des Sélénites, mais sont rapidement attaqués par les Vertprés, un groupe voulant connaître le secret de arracher l'immortalité des Sélénites...

Réalisation : Jean IMAGE
Scénario : France Image et Jean IMAGE
  • Animation : Eric BERTHIER, Denis BOUTIN, Jean GILLETl Jean-Pierre TARDIVEL, Yvon PERRU, Isabelle PIET, Jean-Luc BALLESTER
  • Musique et chansons : Haïm SABAN, Shuki LEVY
  • Prise de vues : Jacques CAPO
Distribution des voix : Dominique PATUREL : le Baron de Munchausen ; Pierre DESTAILLES : Sirius l'astrologue ; Jacques MARIN : Hercule ; Georges ATLAS : Ouragane ; Philippe CASTELLI : Lundi Décors : Enrique GONZALEZ, Gérard OLLIVIER

 

        
        
Réalisateur
Rainer Werner FASSBINDER

Jean IMAGE

Imre Hajdu naît à Budapest en 1911, d’un père employé de banque et d’une mère peintre naturaliste. Élève rêveur, ses cahiers d’écolier lui servent surtout à dessiner de petits bonshommes qui s’animent au gré des pages qui se tournent…

Après avoir obtenu son Bac, il trouve un emploi dans une imprimerie d’affiches de cinéma, puis il s’inscrit à l’École des Arts Déco de Budapest. Là, un de ses professeurs lui conseille vivement de partir tenter sa chance en France. À Paris, très vite orienté dans le dessin publicitaire pour de grandes sociétés, Imre Hajdu est engagé par Gasparcolor en 1936 pour réaliser des dessins animés publicitaires. Il transforme son nom Imre Hajdu en Jean Image (Im + Haj) et réalise son tout premier dessin animé publicitaire. Sur cette lancée, il réalise Le Loup et l’Agneau en 1939, adapté de Jean de La Fontaine et inspiré par la guerre qui gronde. Financé et soutenu par Jean Giraudoux, ce court-métrage subit les foudres de la censure et Jean Image passe les années de guerre dans un studio à Nice où il commence à songer à des dessins animés issus des rêves de son enfance.

Revenu à Paris en 1945, il monte sa société Les Films Jean Image. Conscient qu’il est impossible aux Français de concurrencer les Américains sur leur propre terrain, il décide de s’adonner à une esthétique et une technique bien différentes des leurs, tout en gardant en tête qu’un dessin animé est aussi une oeuvre d’art. Ainsi sort en 1950 le premier dessin animé français de long-métrage, Jeannot l’intrépide, qui regorge de gags, de poésie et d’imaginaire populaire. Après une réalisation chaotique dans les studios de Londres et un piètre démarrage en salles dû à un mauvais circuit, la Biennale de Venise de 1951 est un tremplin pour le film, qui connaît à l’arrivée un bon succès. Ceci permet à Jean Image de réaliser Bonjour Paris, long-métrage poétique sur sa ville d’adoption, préfacé par Jean Cocteau.

Après la réalisation de courts et longs-métrages, Jean Image investit un marché encore neuf pour le dessin animé de spectacle : la télévision, pour laquelle il réalise plusieurs séries. Cette nouvelle orientation va de pair avec l’évolution de la télévision en France. Fortes de leurs succès français, ses séries vont s’exporter et devenir mondialement célèbres. Le souci de Jean Image aura sans cesse été d’évoluer dans l’ombre du géant de l’industrie du dessin animé, Walt Disney. Conscient que les moyens financiers de l’animation française ne permettent pas de résultats à cette hauteur, il s’inspire de l’exemple du maître tout en proposant un graphisme et des traitements quelque peu différents. Pionnier de l’animation en France, Jean Image a largement contribué à la pérennité du dessin animé français lors de ses périodes de difficulté, et l’a enrichi de sa marque et son style si particuliers.