MEAN_STREETS_4d429d36bf76b.jpgMEAN_STREETS_4d429d36bf76b.jpg

MEAN STREETS

Un film de Martin SCORSESE | Policier-Suspense | États-Unis | 1973 | 112mn

Dans les rues de Little Italy, à New York, quatre aspirants malfrats vivent de combines et d’expédients clandestins. Parmi eux, Charlie traverse une crise spirituelle, se réfugiant dans la religion pour trouver la voie du pardon. Son oncle, une figure bien intégrée dans le milieu, doit lui permettre de gravir les échelons. Lorsque Charlie prend sous son aile Johnny Boy, un jeune play-boy, ce dernier met en danger la stabilité du clan par son attitude sanguine et instinctive. Flirtant avec le crime, la bande est entraînée dans une spirale grandissante de violence et de rivalité…

Premier chef-d’œuvre de Martin Scorsese, Mean Streets contient toute la virtuosité qui fera la renommée du réalisateur de Taxi Driver, des Affranchis et de Shutter Island. En filmant le quotidien de petites frappes dans Little Italy, le quartier de son enfance, le cinéaste réalise son œuvre la plus personnelle et la plus viscérale. Manifeste d’une marginalité socioculturelle, le film contribue à révéler deux acteurs d’exception : Robert De Niro (Raging Bull, Casino) et Harvey Keitel (Reservoir Dogs). À la fois réaliste et tragique, rock n’roll et religieux, sauvage et sentimental, Mean Streets résume à lui seul tout le génie du cinéma de Martin Scorsese !

Réalisation : MARTIN SCORSESE

Avec : ROBERT DE NIRO, HARVEY KEITEL,  DAVID PROVAL, AMY ROBINSON, RICHARD ROMANUS,CESARE DANOVA, VIC ARGO, JEANNIE BELL, DAVID CARRADINE

Scénario : MARTIN SCORSESE

Photographie : KENT WAKEFORD MONTAGE SID LEVIN

Montage : SID LEVIN

Son : DON JOHNSON

Décors : DAVID NICHOLS

Production : MARTIN SCORSESE, LEE PERRY, JONATHAN T. TAPLIN

        
        
Réalisateur
Rainer Werner FASSBINDER

Martin SCORSESE


Né en 1942 à Flushing (Long Island) au sein d’une famille d’immigrants siciliens, Martin Scorsese fréquente les salles de cinéma dès son plus jeune âge. Vivant dans la Little Italy à New York où la religion catholique est très présente, il se destine d’abord à une vie religieuse et fait ses études à Cardinal Hayes High School, avant d’entrer à l’Université de New York en 1963. Durant son cursus, il se passionne pour les cours d’histoire du cinéma, et réalise ses premiers courts métrages.


Ses premiers films sont à l’évidence influencés par la Nouvelle Vague et le nouveau cinéma américain, et son premier long métrage, Who’s That Knocking at my Door, réalisé en 1969, marque à la fois le début d’une carrière prometteuse, ainsi que sa rencontre avec un de ses acteurs fétiches, Harvey Keitel. Cette même année, il participe au vaste projet du film Woodstock en tant que monteur et assistant réalisateur, puis s’installe à Hollywood où il est employé comme monteur à la Warner Bros. Pictures. Il y rencontre le producteur Roger Corman, grâce auquel il réalise son premier film hollywoodien, Boxcar BerthaBertha Boxcar), dans lequel il dénonce les méthodes des milices du capitalisme durant la dépression économique des années trente. Pour son deuxième long métrage, Mean Streets, sur le thème de la mafia, Scorsese vise un travail de mise en scène plus personnel. Véritable succès critique, le film inaugure également sa longue et fructueuse collaboration avec l’acteur Robert De Niro. En 1973, il réalise Alice Doesn’t Live Here Anymore (Alice n’est plus ici) avec le soutien de Francis Ford Coppola, qui lui permet de se faire connaître cette fois auprès du public. En 1976, Scorsese réalise l’un des plus grands films de l’histoire du cinéma, Taxi Driver, sur un chauffeur de taxi à la dérive, pour lequel il obtient la Palme d’or au Festival de Cannes de 1976.


Scorsese entre ensuite dans une période difficile, durant laquelle il tourne New York New York dans lequel il met en scène Robert De Niro et Liza Minelli, mais le film est un échec. Le cinéaste se lance alors dans la réalisation de The Last Waltz, pour lequel il filme un concert au Winterland de San Francisco, où sont présents quelques grands noms de la musique, tels que Eric Clapton, Neil Young ou Bob Dylan. Le projet met deux ans à sortir en salles, et laisse Scorsese dans un très mauvais état de santé. Il poursuit néanmoins sa carrière, en mettant une nouvelle fois en scène Robert De Niro dans Raging Bull, sur la vie du boxeur Jake LaMotta. Avec ce film, Scorsese se place parmi les plus grands réalisateurs de sa génération et va enchaîner les tournages. Il réalise ainsi The King of Comedy (La Valse des pantins) en 1983, After Hours en 1985 puis The Color of Money (La Couleur de l’argent) en 1986. En 1988, le cinéaste fait crier au scandale avec The Last Temptation of Christ (La Dernière tentation du Christ), tout en remportant les faveurs de la critique, puisqu’il est nominé en tant que meilleur réalisateur aux Oscars.


Grand amoureux du cinéma et surtout de l’histoire du cinéma, Scorsese fonde en 1990 The Film Foundation, pour encourager la restauration et la préservation des films de patrimoine mondial. En 1992, il pousse cette démarche plus loin en créant Martin Scorsese Presents, une fondation qui restaure et exploite les grands classiques du cinéma. Parallèlement à ces activités, il poursuit sa carrière de réalisateur, et enchaîne les succès avec Goodfellas (Les Affranchis) en 1990, Cape Fear (Les Nerfs à vif, 1991) puis Casino (1995). Il participe également à un long documentaire sur le cinéma américain pour le centenaire de la naissance du 7e art, A Personal Journey with Martin Scorsese through American Movies (Un voyage avec Martin Scorsese à travers le cinéma américain), avant de recevoir  en 1997 une prestigieuse récompense par l’American Film Institute pour l’ensemble de sa carrière.


En 1998, après la sortie de Kundun, il préside le Festival de Cannes, puis entame le tournage de À tombeau ouvert (1999). Il revient sur les écrans trois ans plus tard, accompagné de l’acteur Leonardo Dicaprio, avec Gangs of New York, film qui obtient le plus grand succès public de sa carrière. Il frappe encore plus fort en 2006 avec un remake du film hongkongais Infernal Affairs d’Andrew Lau et Alan Mak, Les Infiltrés, pour lequel il remporte le Golden Globe Award du meilleur réalisateur ainsi que quatre Oscars, dont ceux du Meilleur réalisateur et du Meilleur film. En 2004, il termine Aviator, sur la vie d’Howard Hugues, et remporte à nouveau toute une série de prix, dont l’élection du Réalisateur de l’Année par le London Film Critics Circle. En 2010, il retrouve à nouveau Leonardo Dicaprio pour Shutter Island, qui rencontre aussi un franc succès critique et public, et prépare une adaptation du roman L’invention de HugoCabret de Brian Selznick pour 2011.


Martin Scorsese figure sans conteste parmi les plus grands cinéastes, avec une filmographie riche et diverse. Réalisateur depuis les années soixante-dix, et traversant les décennies, il fait parti des références de plusieurs générations.

 

FILMOGRAPHIE SELECTIVE


 

BLURAY - MEAN STREETS
SORTIE LE 6 AVRIL 2011

BD 50 • MASTER HAUTE DÉFINITION • AVC

Version Originale / Version Française PCM Mono
Sous-Titres Français
Format 1.77 respecté - Couleurs
Durée du Film : 112 mn

SUPPLÉMENTS (EN HD)

. VOYAGE À TRAVERS "MEAN STREETS" (27 mn)
Un entretien audio avec Martin Scorsese sur la genèse du film et les événements de sa vie ayant inspiré certaines scènes clé.

. DE LITTLE ITALY À HOLLYWOOD (21 mn)
Kent Jones, critique et cinéaste, livre un regard personnel sur Mean Streets et sa première vision du film lors de sa sortie.

. LUMIÈRE INSTINCTIVE (18 mn)
Kent Wakeford, directeur de la photographie, se souvient du processus de tournage et de sa rencontre avec Robert De Niro et Harvey Keitel.

. DE RETOUR DANS SON QUARTIER (7 mn)
Après le tournage du film, Martin Scorsese revient à Elizabeth Street, au coeur de Little Italy.

. LES RUES DE "MEAN STREETS" (6 mn)
Une visite guidée du quartier de Little Italy d’aujourd’hui.

. HOME MOVIES (10 mn)
Supervisé par Martin Scorsese, un montage inédit des films Super 8 qui ouvrent Mean Streets.

. BANDE-ANNONCE

. EN EXCLUSIVITÉ BLU-RAY DISC : ITALIANAMERICAN un film de Martin Scorsese (1974 – Couleurs et N&B – 47 mn)
Martin Scorsese interroge ses parents sur l’histoire de sa famille et sur son quartier.
 
Édition avec fourreau

17,05 €

DVD - MEAN STREETS

SORTIE LE 6 AVRIL 2011


DVD 9 - NOUVEAU MASTER RESTAURÉ HD
Version Originale / Version Française
Sous-Titres Français
Format 1.77 respecté
16/9 compatible 4/3 - Couleurs
Durée du Film : 107 mn

SUPPLÉMENTS
 

- VOYAGE À TRAVERS "MEAN STREETS" (27 mn)
Un entretien audio avec Martin Scorsese sur la genèse du film et les évènements de sa vie ayant inspiré certaines scènes clé.

 

- DE LITTLE ITALY À HOLLYWOOD (21 mn)
Kent Jones, critique et cinéaste, livre un regard personnel sur Mean Streets et sa première vision du film lors de sa sortie.

 

- LUMIÈRE INSTINCTIVE (18 mn)
Kent Wakeford, directeur de la photographie, se souvient du processus de tournage et de sa rencontre avec Robert de Niro et Harvey Keitel.

 

- DE RETOUR DANS SON QUARTIER (7 mn)
Après le tournage du film, Martin Scorsese revient à Elizabeth Street, au coeur de Little Italy.

 

- LES RUES DE "MEAN STREETS" (6 mn)
Une visite guidée du Little Italy d'aujourd'hui.

- HOME MOVIES
Supervisé par Martin Scorsese, un montage inédit des films Super 8 qui ouvrent le film.

 

- BANDE-ANNONCE

 

Édition sans fourreau

15,04 €

Votre avis

Entretien avec Philippe Rouyer

critique de cinéma

Bande-annonce originale

Extrait 1

"Générique"

Extrait 2

"Johnny Boy"

Extrait 3

"Partie de billard"

Extrait 4

"Au cimetière"

Menu DVD

Voyage à travers Mean Streets

(extrait de supplément DVD)

Entretien avec Pierre-Henri Deleau

directeur de la Quinzaine des Réalisateur à Cannes en 1974
SELECT MOVIE

Soyez le premier à donner votre avis sur ce film

688.jpg688.jpg

688 2.jpg688 2.jpg

688 1.jpg688 1.jpg