RETOUR À HOWARDS END

(Howards End)

Un film de James IVORY | Drame | Royaume-Uni / Japon | 1992 | 142mn | Couleurs | 2.35:1

Dans l’Angleterre édouardienne du début du XXe siècle, Margaret et Helen Schlegel, deux soeurs issues de la bourgeoisie intellectuelle londonienne, vont se lier à la famille Wilcox, de riches industriels conservateurs. C’est suite à la liaison sans lendemain entre Helen et l’un des fils Wilcox que Margaret fait la connaissance de Mme Wilcox. Les deux femmes deviennent amies, malgré leurs différences. Juste avant de mourir, cette dernière décide de léguer à Margaret sa demeure de Howards End, à laquelle elle est très attachée. Heureusement pour les Wilcox, le document n’est pas officiel et la dernière volonté de la défunte ne sera pas respectée. Mais lorsque Henry Wilcox, le patriarche, fait enfin la connaissance de Margaret, il tombe sous son charme…
Pour la 1re fois au cinéma en version restaurée 4K le 26 décembre 2018

LA SOCIÉTÉ ANGLAISE DU TOURNANT DU XXE SIÈCLE
FINEMENT CROQUÉE PAR JAMES IVORY
D’APRÈS LE ROMAN D’E.M. FORSTER
 
Après Chambre avec vue (1985) et Maurice (1987), le plus esthète des cinéastes américains James Ivory adapte pour la troisième fois un grand classique de l’écrivain britannique E.M. Forster, Retour à Howards End, paru en 1910 et traitant des rapports de classe au sein d’une société anglaise en pleine évolution. Comme David Lean avant lui avec La Route des Indes (1984), autre célèbre adaptation d’E.M. Forster, le cinéaste se plaît à mélanger l’intime et le sociétal dans cette œuvre où les rapports amoureux tentent – non sans mal – de s’affranchir des dictats sociaux. Comme son aîné, Ivory fait preuve d’une grande virtuosité dans sa mise en scène, magnifiant tout autant la beauté de l’architecture londonienne que la splendeur de la campagne anglaise. Véritable personnage dans le film, le ravissant cottage de Howards End est un lieu suspendu dans le temps et dans l’espace, une parenthèse enchantée qui se trouvera malgré lui au centre du drame, objet de convoitise – et de transition – entre les classes en mouvement.
L’un des atouts majeurs de Retour à Howards End réside dans sa distribution exemplaire, composée pour la plupart d’habitués du cinéma de James Ivory : Anthony Hopkins, Emma Thompson, Helena Bonham Carter ou Vanessa Redgrave. Le film donne la part belle aux personnages de femmes, en particulier ceux des sœurs Schlegel. À travers elles, le cinéaste dresse un brillant et captivant portrait de femmes en lutte pour le maintien de leur intégrité et de leurs idéaux dans une Angleterre encore pétrie par un conformisme moribond.
Chef-d’œuvre incontestable de James Ivory, Retour à Howards End est à admirer dans sa splendide restauration 4K !

 

un film de James IVORY
avec Anthony HOPKINS, Vanessa REDGRAVE, Helena BONHAM CARTER, Emma THOMSON
James WILBY, Samuel WEST, Jemma REDGRAVE et Prunella SCALES
scénario Ruth PRAWER JHABVALA d’après le roman de E.M. FORSTER
directeur de la photographie Tony PIERCE-ROBERTS
musique Richard ROBBINS
décors Luciana ARRIGHI
costumes Jenny BEAVAN, John BRIGHT
produit par Ismail MERCHANT
un film réalisé par James IVORY

 

CE FILM A ÉTÉ RESTAURÉ EN 4K À PARTIR DU NÉGATIF IMAGE D’ORIGINE ET DE LA PISTE MAGNÉTIQUE CONSERVÉS AUX ARCHIVES DU MUSÉE GEORGE EASTMAN (ROCHESTER, NEW YORK).
LA RESTAURATION NUMÉRIQUE A ÉTÉ RÉALISÉE AU LABORATOIRE CINERIC PORTUGAL ET
LA RESTAURATION DE LA PISTE AUDIO 5.1 AU LABORATOIRE AUDIO MECHANICS (BURBANK). L’ÉTALONNAGE A ÉTÉ EFFECTUÉ PAR DELUXE RESTORATION (LONDRES) SOUS LA SUPERVISION
DU DIRECTEUR DE LA PHOTOGRAPHIE TONY PIERCE-ROBERTS ET DU RÉALISATEUR JAMES IVORY.

 

Visa : 80 093