Septi__me_sceau__52f373ff91f88.jpgSepti__me_sceau__52f373ff91f88.jpg

SEPTIÈME SCEAU, LE

(Det sjunde inseglet)

Un film de Ingmar BERGMAN | Drame | Suède | 1957 | 97mn | N&B | 1.37

De retour des croisades, un chevalier rencontre la Mort en chemin. Il lui propose une partie d’échecs afin de retarder l’échéance fatidique et trouver des réponses à ses questionnements sur la foi. Entre-temps, le chevalier et son écuyer vont faire la rencontre de plusieurs personnages intrigants, entre une famille de troubadours et une horde de dévots fanatiques…

Sortie au cinéma le 5 mars 2014 en version restaurée inédite
Dans le cadre de la Rétrospective Ingmar Bergman (en 7 films)


UNE ÉPOPÉE MYSTIQUE HALLUCINANTE QUI RÉVÉLA L'IMMENSE MAX VON SYDOW

De son éducation religieuse très stricte, Ingmar Bergman garde l’image de son père, pasteur luthérien, prêchant avec ferveur parmi ses fidèles dans son église de province. En effet, la foi est depuis toujours un thème qui intrigue le jeune Ingmar. Avec Le Septième Sceau, il décide d’approfondir son questionnement en contant la quête mystique d’un chevalier au temps des croisades. Ce film est, selon le cinéaste, « une allégorie dont le thème est fort simple : l’homme, sa recherche éternelle de Dieu, avec la mort pour seule certitude. » Le point de départ du Septième Sceau est à la fois spirituel et esthétique ; Bergman part d’un psaume tiré de l’Apocalypse selon saint Jean – qui donne notamment son nom au film – et d’une peinture du Suédois Albertus Pictor intitulée La Mort jouant aux échecs. La quête métaphysique du héros se pare alors d’une esthétique très médiévale, aux confins du fantastique, à travers une succession de tableaux de genre. Le Septième Sceau met en scène toute une galerie de personnages qui font part au héros de leur point de vue sur la mort et l’existence. Pour incarner les personnages, le cinéaste fait appel à sa troupe d’acteurs fidèles – Gunnar Björnstrand, Bibi Andersson – et le grand Max von Sydow, alors seulement âgé de 28 ans, dont ce sera la première collaboration avec Bergman – ils tournèrent au total 12 films ensemble. Prix spécial du Jury au Festival de Cannes en 1957, ce dix-septième film de Bergman, alors au sommet de sa gloire, figure parmi les plus grands chefs-d’œuvre du cinéma mondial.

Réalisation : Ingmar BERGMAN
Scénario : Ingmar BERGMAN
Avec :
Max von SYDOW, Gunnar BJÖRNSTRAND & Bengt EKEROT
Musique : Erik NORDGREN
Directeur de la photographie : Gunnar FISCHER
Décors : Carl-Henry CAGARP
Montage : Lennart WALLÉN
Producteurs :
Allan EKELUND
 logo-france-inter-1    logo-critikat    logo-paris-premire-fond-noir   logo-transfuge   logo-inrocks   logo-le-monde
        
        
        


        
                    
Réalisateur
Rainer Werner FASSBINDER

Ingmar BERGMAN


Auteur d’une cinquantaine de longs-métrages réalisés entre 1946 et 2003, Ingmar Bergman occupe une place essentielle dans le patrimoine cinématographique mondial. Influencé aussi bien par le cinéma français des années 1930 que par le néoréalisme italien ou le romantisme allemand, le « magicien du Nord » n’a eu de cesse d’autopsier les rapports familiaux et amoureux, dévoilant ainsi sa passion pour les femmes – et les actrices – mais aussi sa lucidité face à la vie de couple et à la famille. Cette rétrospective en sept films propose de (re)découvrir une oeuvre protéiforme, parfois onirique (Le Septième Sceau, La Source), parfois légère (Sourires d’une nuit d’été), souvent tragique (Scènes de la vie conjugale, Sonate d’automne) où Bergman se révèle un formidable peintre des visages. Plus de six ans après la mort du cinéaste, son oeuvre reste indéniablement une référence majeure pour de nombreuses générations de réalisateurs, de Woody Allen à Pedro Almodóvar, de Philippe Garrel à Arnaud Desplechin en passant par Asghar Farhadi.

 

Votre avis

Extrait

Bande-annonce 2014

rétrospective Ingmar Bergman
SELECT MOVIE

Soyez le premier à donner votre avis sur ce film