VOYAGE_AU_BOUT_D_52382246e5e8d.jpgVOYAGE_AU_BOUT_D_52382246e5e8d.jpg

VOYAGE AU BOUT DE L’ENFER

(The Deer Hunter)

Un film de Michael CIMINO | Drame | États-Unis | 1978 | 183mn

1968. Cinq amis, Mike, Steven, Nick, Stan et Axel, travaillent dans l’aciérie de la petite ville de Clairton, Pennsylvanie. Unis par un travail éprouvant, les cinq hommes forment une bande très liée. La vie suit son cours dans ce bourg d’immigrés russes où les histoires de coeur vont bon train : Steven épouse Angela, bien que celle-ci soit enceinte d’un autre, tandis que Nick flirte avec Linda, laquelle semble quelque peu troubler Mike. Mais cette tranquillité est rattrapée par la lointaine guerre du Vietnam lorsque Mike, Steven et Nick sont mobilisés pour partir au combat. L’expérience traumatisante du conflit va alors considérablement bouleverser leurs rapports une fois rentrés au pays

Au cinéma le 23 octobre 2013 en version restaurée inédite.

AVANT LA PORTE DU PARADIS, LE PREMIER CHEF-D’ŒUVRE ABSOLU DU RÉALISATEUR
MICHAEL CIMINO !


Chef-d’œuvre absolu de Michael Cimino (La Porte du paradis), Voyage au bout de l’enfer est l’un des tout premiers films américains à traiter de la guerre du Vietnam et de ses répercussions aux États-Unis. Interprété par les grands noms du cinéma américain que sont Robert De Niro, Christopher Walken ou encore Meryl Streep, Voyage au bout de l’enfer réussit à lier la puissance épique du film de guerre à l’émotion déchirante du drame intime d’une bande d’amis transformés par les atrocités du conflit au Vietnam. Ce film spectaculaire et violent, qui a fait scandale lors de sa sortie, notamment en raison de sa célèbre scène de roulette russe, a été consacré par de multiples Oscars® en 1979, dont ceux du Meilleur Film et du Meilleur Réalisateur. Voyage au bout de l’enfer reste définitivement l’un des plus grands films du cinéma américain et une oeuvre essentielle au panthéon du septième art.

« Les gens de notre génération étaient sous l’emprise du Vietnam sept jours par semaine, à travers ces foutues informations. Nous avons été saturés d’images de cette guerre. (…) Le problème était le suivant : comment communiquer la tension, l’expérience du combat ? »

« Je ne vois pas Voyage au bout de l’enfer comme un film politique. […] Ce ne sont pas des histoires concernant la politique, mais des histoires sur des gens, puis dans des événements, qu’elles qu’en soient les raisons. »

                                                                                                                 Michael Cimino


UN FILM DE GUERRE À CONTRE-PIED DU GENRE

On aurait tort de considérer Voyage au bout de l’enfer comme un film de guerre, bien qu’une partie du récit – tournée en Thaïlande – se déroule durant le conflit vietnamien, en 1970-1971. En effet, l’action ne repose pas sur les faits d’armes des soldats, comme dans un film de guerre classique, mais sur la détention des personnages et la torture à laquelle ils sont soumis par leurs geôliers. La dernière partie du film est quant à elle consacrée au retour au pays de ces soldats, faisant état de leurs traumatismes physiques et psychologiques. Chaque personnage est un « survivant » : Mike revient indemne mais écrasé par un sentiment de culpabilité et voit son rapport aux autres lui échapper, Steven est mutilé et Nick perd mentalement prise avec la réalité. À travers ces jeunes vétérans, Cimino dénonce en outre le problème de classe inhérent à la société américaine, thème récurrent dans la filmographie du cinéaste. En effet, ces soldats issus de l’immigration slave s’intègrent dans la population américaine à travers une profession extrêmement difficile : celle d’ouvrier sidérurgiste. L’univers social des personnages est particulièrement détaillé dans le film : Cimino cherche ainsi à montrer que les appelés au front sont souvent les exclus du rêve américain, ouvriers et émigrés, et que l’appartenance à la grandeur de la nation américaine se gagne pour eux par le sacrifice de leur intégrité physique et mentale, de leur bien-être et de leur vie.


LA GENÈSE DU SCÉNARIO

L’origine de Voyage au bout de l’enfer découle d’un script intitulé The Man Who Came to Play, relatant l’histoire d’individus se rendant à Las Vegas pour jouer à la roulette russe. Le producteur d’EMI Films, ayant acheté ce script en 1968, a l’idée de déplacer le thème de la roulette russe au Vietnam, projet irréalisable en raison du contexte politique de l’époque. C’est vers la fin de la guerre qu’il approche Cimino, dont il admire le premier film, Le Canardeur (1974), pour lui proposer ce scénario. Le cinéaste s’attèle à une réécriture de celuici et finit par réduire l’importance de la roulette russe pour donner plus de profondeur à ses personnages, à l’arrière-plan social et à l’analyse douloureuse des répercussions de la guerre sur ses combattants.

UN SUCCÈS ÉCLATANT

Voyage au bout de l’enfer est le seul film de Michael Cimino à avoir rencontré un succès public et critique triomphal. Il remporte cinq Oscars® en 1979 dont celui du Meilleur Film et du Meilleur Réalisateur, ainsi que celui du Meilleur Acteur dans un second rôle pour Christopher Walken, dont la carrière est lancée avec ce film. C’est également le cas pour John Savage et surtout Meryl Streep, la compagne de John Cazale, lequel mourut peu de temps avant la fin du tournage. Le film a néanmoins soulevé une lourde controverse du fait que les séquences de roulette russe au Vietnam ne sont pas avérées historiquement, provoquant l’ire de nombreux représentants de pays communistes au Festival de Berlin 1979 qui quittèrent le Festival par solidarité avec le peuple vietnamien, selon eux diffamé. Cette polémique est aujourd’hui oubliée et Voyage au bout de l’enfer
est considéré comme l’un des plus grands films du cinéma tant américain que mondial.

1re sortie en salles le 01 juin 2005.

Réalisation : Michael CIMINO

Scénario : Michael CIMINO, Deric WASHBURN, Louis GARFINKLE, Quinn REDEKER

Avec : Robert DE NIRO, Meryl STREEP, John CAZALE, Christopher WALKEN, John SAVAGE, George DZUNDZA

Musique : Stanley MEYERS

Directeur de la photographie : Vilmos ZSIGMOND

Montage : Perter ZINNER

Producteurs : Michael CIMINO, Michael DEELEY, John PEVERALL, Barry SPIKINGS

Production : EMI Fims Ltd., Universal Pictures

        
        
Réalisateur
Rainer Werner FASSBINDER

Michael CIMINO

En trente ans, Michael CIMINO n’aura réalisé que sept films. Parmi ceux-ci, trois chefs-d’œuvre indiscutables (Voyage au bout de l’enfer, La porte du Paradis, L’année du dragon) et de nombreux Oscar à la clé.
En moins de dix ans, le cinéaste originaire de New York brise le silence, et porte un regard sans concession sur une Amérique chaotique, corrompue par la débâcle vietnamienne, en proie aux désillusions et à la violence urbaine. Son cinéma, CIMINO le considère comme intimiste, souvent regroupé sur de petites communautés. Pourtant, la forme ressemble d’avantage aux grandes fresques issues du classicisme hollywoodien, aux productions flamboyantes de David O. SELZNICK (Autant en emporte le vent) ou, plus proche de nous, à la mégalomanie illuminée de Francis Ford Coppola (Apocalypse Now, Coup de cœur).
La marque du génie sans aucun doute…

 

Soyez le premier à donner votre avis sur ce film

voyage-au-bout-de-lenfer-3.jpgvoyage-au-bout-de-lenfer-3.jpg

voyage-au-bout-de-lenfer-2.jpgvoyage-au-bout-de-lenfer-2.jpg

voyage-au-bout-de-lenfer-1.jpgvoyage-au-bout-de-lenfer-1.jpg