LES AILES

(Wings)

Un film de William WELLMAN | Drame | États-Unis | 1927 | 144mn | Colorisé | 1.33:1

Jack Powell est un jeune Américain qui ne rêve que d’une chose : s’envoler dans les airs. Sa voisine Mary est follement amoureuse de lui, mais lui préfère la jolie Sylvia… laquelle n’a d’yeux que pour le séduisant David Armstrong. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, les deux garçons décident de s’enrôler dans l’Air Force. De son côté, Mary rejoint la Women’s Motor Corps, espérant retrouver son grand amour parti combattre sur le sol français. D’abord méfiants l’un envers l’autre, Jack et David deviennent bientôt inséparables, unis pour le meilleur comme pour le pire face aux atrocités de la guerre…

Au cinéma le 5 novembre 2014 en version restaurée inédite
 
LE CHEF-D’OEUVRE HUMANISTE DE WILLIAM A. WELLMAN, 1ER FILM DE L’HISTOIRE DU CINÉMA À AVOIR OBTENU L’OSCAR DU MEILLEUR FILM !
 
Tourné en 1927, Les Ailes est le premier film américain à traiter de l’aviation militaire durant la Première Guerre mondiale. Lorsque l’ancien pilote John Monk Saunders propose le sujet à la Paramount, les producteurs détectent immédiatement l’énorme potentiel du projet – les précédents films sur la Première Guerre mondiale comme La Grande Parade de King Vidor (1925) ou Au service de la gloire de Raoul Walsh (1926) ont été de grands succès. À la réalisation, ils engagent un jeune prodige d’une trentaine d’années, William A. Wellman – futur réalisateur des chefs-d’oeuvre Une étoile est née (1937) et L’Étrange Incident (1943) –, lui-même ancien pilote. La jeune It Girl Clara Bow est engagée pour le rôle de Mary, tandis que deux acteurs novices, Charles "Buddy" Rogers et Richard Arlen, interprètent les deux rôles principaux – un jeune Gary Cooper de 26 ans tient également le rôle d’un pilote. En plus de conter une bouleversante histoire d’amour et d’amitié, Les Ailes fait preuve d’une grande prouesse visuelle, les prises de vue aériennes ayant été réalisées sans aucun trucage par les vrais acteurs du film. Les membres du jury de la toute première cérémonie des Oscars ne s’y sont pas trompés puisqu’il obtient l’Oscar du Meilleur film en 1929. Cent ans après le déclenchement de la Première Guerre mondiale, il est grand temps de redécouvrir en salles un trésor absolu du patrimoine cinématographique, superbement restauré en Haute Définition !
Réalisation : William A. WELLMAN
Scénario : Hope LORING et Louis D. LIGHTON, une histoire de John MONK SAUNDERS
Avec : Clara BOW, Charles "Buddy" ROGERS, Richard ARLEN et Gary COOPER
Directeur de la photographie : Harry PERRY

Producteur : Lucien HUBBARD

logo-LA-REVUE-DE-LHISTOIRE          logo tcm cinema fffc         logo-dvdclassik

        
        
        


        
                    
Réalisateur
Rainer Werner FASSBINDER

William WELLMAN

Né en 1896 dans le Massachusetts, William A. Wellman est un réalisateur incontournable du cinéma hollywoodien de la première moitié du XXe siècle. Avant ses premiers pas dans le septième art, Wellman s’enrôle dans l’armée durant la Première Guerre mondiale d’abord en tant qu’ambulancier puis en tant que pilote. Peu après le conflit, il devient joueur de hockey professionnel ; c’est à cette période qu’il rencontre Douglas Fairbanks, lequel lui suggère de tenter sa chance comme acteur. Wellman suit son conseil mais se prend vite de passion pour la réalisation. Il tourne alors quelques films à petit budget, pour la plupart des westerns. C’est en 1927 que s’opère un véritable tournant dans sa carrière avec la réalisation des Ailes. Alors âgé d’une trentaine d’années, il fait preuve sur le tournage d’une rigueur et d’un perfectionnisme extrêmes qui lui valent bientôt le surnom de « Wild Bill » – également en référence à son engagement militaire et à son tempérament rebelle et excessif. Dès lors, il ne cesse de tourner de façon frénétique, avec une moyenne de deux films par an jusqu’à la fin des années 1950 – l’année 1933 est une année phare puisqu’il réalise pas moins de sept films ! Wellman laisse une oeuvre hétéroclite, même si son genre de prédilection reste le western (Buffalo Bill en 1944, Au-delà du Missouri ou Convoi de femmes en 1951) et le film de guerre (Pilotes de chasse en 1942, Les Forçats de la gloire en 1945). Parmi ses plus grands succès figurent, outre Les Ailes en 1927, L’Ennemi public (1931), un portrait de gangster sur fond de Prohibition, interprété par James Cagney, Une étoile est née (1937), ou le récit d’apprentissage d’une jeune femme qui rêve de devenir actrice, avec la star Janet Gaynor (film par la suite adapté par George Cukor en 1954), et L’Étrange Incident (1943), western humaniste contre la peine de mort avec Henry Fonda.